Séminaire HybridationS – Troisième séance (24 septembre 2021 9h-12h)

Bonjour à toutes et tous,

nous avons le plaisir de vous annoncer la tenue de la troisième séance du séminaire HybridationS. Cette séance est co-organisée par le PRT2 et le PRT5 du CREAD (EA3875).

Cette séance s’intitule « Les vertus épistémiques : une autre perspective pour les sciences, l’École et la didactique ? « 

Elle s’articulera autour des interventions de Roger Pouivet () et Fabrice Louis (CREAD), dont les résumés figurent ci-dessous, suivies de discussions proposées par Gérard Sensevy (CREAD) et …(CREAD)

Elle aura lieu le vendredi 24 septembre 2021 de 9h à 12h en co-modalité: en présentiel à l’INSPE de Rennes (salle du Conseil) et à distance en visioconférence (lien disponible sur inscription).

Une rediffusion sera accessible à partir du site INSPE de Brest (salle suivant affichage)

Intervenants

Roger Pouivet, université de Lorraine, membre senior de l’Institut universitaire de France et Fabrice Louis, CREAD

Discutants

Gérard Sensevy, CREAD et Xavier Riondet, CREAD

***

Les vertus épistémiques, une autre perspective pour les sciences, l’École et la didactique

Présentation

Cette nouvelle séance, co-organisée par les PRT2 (Éducation(s) et apprentissages – pratiques de savoirs) et PRT5 (Épistémologies et méthodologies : hybridations en sciences de l’éducation et de la formation) propose d’interroger l’hybridation entre faits et croyances dans l’établissement de la preuve scientifique. Si elles dépassent largement les questions d’ordre épistémologique (France, 2019), les récentes incursions de figures qualifiées de complotistes dans les médias ont ravivé l’intérêt de questionner la place des croyances dans l’établissement de faits scientifiques.

Alors que les travaux en épistémologie des sciences font état de divers régimes de preuves, complémentaires ou concurrents, empreints des divers paradigmes, cette séance propose d’interroger la place des croyances légitimes dans le processus de production de connaissances. A partir des travaux de Pouivet (2008, 2017), qui proposent une réflexion sur “l’épistémologie des vertus”, nous cherchons à interroger les critères de reconnaissance de la preuve scientifique. En quoi les croyances légitimes et plus largement l’éthique des acteurs de la recherche, constituent-t-elles un critère de reconnaissance de la production de savoirs ? 

Il en découle un questionnement sur les pratiques éducatives au sein des institutions scolaires et la manière dont elles acculturent et socialisent les élèves en tant que producteurs de connaissances. Les pratiques de savoir sont liées de diverses manières à l’épistémologie qui considère 5 questions différentes pour étudier la connaissance. Tout d’abord qu’est-ce que la connaissance ?  Ensuite se pose la question de l’évaluation des connaissances. Troisièmement, comment la connaissance se construit-elle ? Quatrièmement, comment la recherche de la connaissance doit-elle être conduite ?  Et enfin, comment la connaissance peut-elle être enseignée ? On peut lier la seconde question et la dernière question en se demandant comment « connaître et croire » sont liés au terme « apprendre et enseigner » (Scheffler, 2011). 

La question des croyances et de leur correction est également au centre d’études sociologiques (Bronner (2003 & 2013), Boudon (2012). En quoi la « norme de correction des croyances » (Engel, 2019) peut-elle être un objet d’étude pour la didactique ? Cette norme de correction est-elle liée à la responsabilité dans l’acte d’apprendre et d’enseigner ? Les agents adoptent-ils des normes de correction différentes en fonction des circonstances ? Quelles sont ces normes de correction ? Jouent-elles un rôle dans les apprentissages ? Sont-elles implicites ?

De manière classique, en didactique, le lien est fait de manière triangulaire entre savoir, apprenant et enseignant. Cette journée d’étude propose d’élargir le questionnement en interrogeant les finalités des curricula scolaires et permettra d’approfondir le terme de savoir de manière à le relier au concept « d’éthique intellectuelle » (Pouivet, 2020). Roger Pouivet posera la question de la  légitimité de croire et de prétendre savoir.  Cette question normative implique une autre question, celle de la valeur de notre vie intellectuelle, bonne ou mauvaise. Dans cette perspective, l’auteur d’ « une épistémologie des croyances religieuses » (2013) ancre son propos dans une épistémologie des vertus qui élargit les contraintes habituelles de notre vie intellectuelle (obligations, normes, impératifs, règles) à un ensemble de valeurs (vertu, attraction, sagesse, …). Or, si « ce que nous avons le droit de croire ou de prétendre savoir détermine notre responsabilité épistémique » (Pouivet, 2020) et que ce droit dépend de l’exercice de vertus et non seulement d’adoption de règles, la question d’une étude anthropologique des phénomènes didactiques dans cette perspective pourrait bien redessiner la carte des responsabilités qui incombent aux protagonistes des apprentissages.

Références à consulter

Boudon, R. (2012). Croire et savoir : Penser le politique, le moral et le religieux (1re édition). PUF.

Bronner, G. (2013). La démocratie des crédules. Presses Universitaires de France. https://doi.org/10.3917/puf.bron.2013.01

Engel, P. (2019). Les vices du savoir : Essai d’éthique intellectuelle. Agone.

Bronner, G. (2003). L’empire des croyances. Presses Universitaires de France. https://doi.org/10.3917/puf.bronn.2003.01

France, P., « Méfiance avec le soupçon ? Vers une étude du complot(isme) en sciences sociales », Champ pénal/Penal field [En ligne], 17 | 2019, mis en ligne le 26 juin 2019, consulté le 13 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org.distant.bu.univ-rennes2.fr/champpenal/10718

Pouivet, R. (2008). Vertus épistémiques, émotions cognitives et éducation. Éducation et didactique, Vol. 2(3), 123‑139.

Pouivet, R. (2017). ‪Le droit de (ne pas) croire. Une réponse à Pascal Engel‪. Philosophia Scientiae, 21‑3(3), 147‑164.

Pouivet, R. (2020). L’éthique intellectuelle : Une épistémologie des vertus. Librairie philosophique J. Vrin.

Scheffler, I., & Le Du, M. (2011). Les conditions de la connaissance : Une introduction à l’épistémologie et à l’éducation. J. Vrin.

Auteur·e·s : Fabrice Louis (CREAD, UBO), Agathe Dirani (CREAD, Univ. Rennes)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.