Annonce de Séminaire

« La diversité des pratiques scientifiques en histoire des sciences et des techniques, humanités numériques et médiation culturelle »

Séance du 18 novembre 2021 de 17h30 à 19h00
Faculté des Lettres et Sciences Humaines
20, rue Duquesne 29200 Brest
Salle B.124

Fabrice Louis (MCF, INSPÉ Bretagne, CREAD) : « L’IA est-elle une véritable intelligence ? La perspective du monisme de Raymond Ruyer »

Résumé : Lorsque Yann Le Cun évoque, dans une conférence de 2018, les défis de l’IA, il fait mention de l’aptitude future de l’IA à combler des informations incomplètes. Imaginez une feuille blanche devant l’artiste commençant son travail. Cette feuille signifie quelque chose pour l’artiste, non pas parce qu’il manque des informations mais parce qu’elle permet à l’artiste de voir des possibilités d’agir. C’est aussi le défi qu’évoque Yann Le Cun : produire une intelligence artificielle apte à concevoir des mondes probables de manière autonome, autonome c’est-à-dire sans apprentissage supervisé par un technicien. Mais il concède que « la théorie de l’IA n’informe pas sur les détails des mécanismes dans le cerveau ou de la bonne manière d’aborder l’apprentissage auto-supervisé qui le caractérise » (Quand la Machine apprend, 2019, p. 375).

Ce paradoxe de la feuille blanche est un de ceux étudiés par Raymond Ruyer dans Les paradoxes de la conscience et limites de l’automatisme (1966). Ce paradoxe permet de préciser les défis que le philosophe doit relever pour affirmer que l’Intelligence Artificielle est une véritable intelligence, au sens où nous pouvons l’affirmer pour un être vivant. Je présenterai cinq types de défis étudiés par Ruyer dans la perspective du monisme des formes qu’il a élaboré au milieu du XXème siècle : le défi de la nouveauté, le défi de la perception, le défi de l’information, le défi de l’autonomie, le défi de l’action vraie.

Ruyer ne conteste pas que l’IA arrivera tôt ou tard à imiter les performances des êtres vivants. Ce que le philosophe conteste, c’est que les procédés utilisés pour parvenir à ces objectifs correspondront bien à ce qu’un être humain fait pour relever le même type de défi. L’argumentation typique d’une philosophie internaliste présentée dans cette communication ne sera sans doute pas d’une grande utilité pour les concepteurs de l’IA. En revanche, il est possible que cela donne une autre idée sur les véritables dangers de l’IA pour l’humanité ; que l’IA s’émancipe de l’humanité est peu probable si Ruyer a raison. Mais si Ruyer a raison il est probable que l’humanité pourra être de plus en plus aliénée par les progrès de l’IA si elle ne perçoit pas clairement ce qu’est une IA.

Il vous sera possible de suivre la conférence à distance, en direct, via une classe virtuelle. Si vous êtes intéressé(e), veuillez me contacter à l’adresse suivante : lisa.rougetet@univ-brest.fr



Citer ce billet
HybridationS (2021, 16 novembre). Annonce de Séminaire. Carnet de recherche du séminaire HybridationS. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/prm4

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search