JE “Méthodo” du PRT5 – Retour sur l’événement

Le 8 juin dernier, le PRT 5 du CREAD a organisé sa première journée d’étude “Méthodologies de la recherche”. Cette journée se voulait ouverte aux différentes méthodologies et approches travaillées au sein du laboratoire, afin d’interroger sur les sciences telles qu’elles se font (Calon et Latour, 1982). La journée invitait ainsi au renversement – d’une tradition scientifique académique qui utilise la méthode pour asseoir un appareil théorique ou disciplinaire (Fabiani, 2020) – et à une considération de la méthode comme source de transformation de cet appareil.

Cette journée a invité ses participant.e.s à poser un regard critique sur les protocoles de recueil de données mis en œuvre dans une recherche, quel que soit son degré d’avancement et le statut du chercheur (étudiant, doctorant ou chercheur expérimenté). Les exemples empiriques ont permis de mettre en relief les apports et limites des protocoles proposés.

La journée s’est structurée autour de quatre ateliers et de deux conférences.

La première conférence, tenue par Didier Cariou et Gérard Sensevy, intitulée “Sur la notion de preuve culturelle”, a permis de donner à voir et à comprendre une conception de la preuve que nous appelons culturelle. Les différentes espèces de preuves culturelles et deux paradigmes pour la preuve ont été présentés. Deux exemples concrets ont permis d’illustrer, l’un en histoire, l’autre en mathématique, des preuves culturelles. L’exposé a conclu en montrant l’intérêt et la nécessité de mise en synergie de preuves culturelles et de preuves statistiques.

La seconde conférence, tenue par Pascale Planche, avait pour titre “De la loi Huriet à la loi Jardé : L’évolution de la législation en matière d’éthique de la recherche”. La conférence a décrit le passage de la loi Huriet à la Loi Jardé et ses conséquences sur les pratiques de recherche et d’enseignement en sciences humaines et sociales, encadrées désormais par un nouveau dispositif législatif. En effet, les textes législatifs en matière d’éthique de la recherche se sont multipliés. Ils concernent les pratiques des chercheurs, la construction des protocoles de recherche et les enseignements dispensés aux doctorants. Enfin, l’intégrité scientifique complète aujourd’hui les recommandations en matière d’éthique de la recherche.

Le premier atelier interrogeait la question de la preuve anthropologie et de la preuve statistique. Les deux communications ont questionné les conditions d’existence et le statut de la preuve dans une recherche : qu’est ce qui fait preuve ? quelle est la valeur de la preuve ?

Le second atelier regroupait des communications dont les recherches ont été réalisées sur des terrains dits sensibles. Il s’agissait ici de donner à voir les adaptations des chercheurs concernant le recueil de données pour s’ajuster au mieux aux contraintes du terrain tout en conservant la problématique de la recherche. 

Le troisième atelier proposait des réflexions autour de la question de l’éthique et des précautions méthodologiques. Plus particulièrement, les communications se sont centrées sur ce que veut dire enquêter sur une population spécifique : de la définition de la population à la valeur des données recueillies. 

Enfin, le dernier atelier, intitulé “Questionnements praxéologiques, innovations méthodologiques”, a mis en évidence la place et le rôle des enquêté.e.s au sein d’une recherche. Les recherches présentées ici proposaient des approches innovantes où il ne s’agit plus d’enquêter sur mais de coopérer, travailler avec les acteurs afin de co-construire les savoirs. 

Deux conférences ont permis de structurer les échanges de la journée sur deux questions fondamentales: la preuve et l’éthique de la recherche.

La journée d’étude nous a ainsi donné à voir des méthodologies dépendantes non seulement des objets de recherche, du contexte, y compris légal, du croisement de plusieurs paradigmes qui traversent les sciences humaines et sociales et a fortiori les sciences de l’éducation mais aussi de caractéristiques personnelles et biographiques des chercheuses et chercheures. La compréhension de ces redéfinitions à l’œuvre semble précieuse pour situer, critiquer et se former aux méthodologies de la recherche.

Les organisateurs adressent un grand merci aux participant.e.s, aux communicant.e.s, aux discutant.e.s et aux conférencier.e.s.

Pour plus de détails, le lien vers le site Sciencesconf de la journée d’étude : https://jemprt52022.sciencesconf.org/

***

Auteur·e·s : Marine Roche, Agathe Dirani, Jean-Noël Blocher



Citer ce billet
HybridationS (2022, 20 juillet). JE “Méthodo” du PRT5 – Retour sur l’événement. Carnet de recherche du séminaire HybridationS. Consulté le 4 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/prma

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search