Retour sur la Journée d’études “Méthodologies de la recherche”

Dans la continuité des précédentes éditions, la journée d'études "Méthodologies de la recherche", organisée par le PRT5 du CREAD le 22 juin 2023 en multimodal (présentiel à Rennes et à Brest + distanciel), ambitionnait de questionner "les sciences telles qu’elles se font" (Calon et Latour, 1982) à travers les méthodes qu'elles mettent en oeuvre. Ceci  de manière à contribuer à un renversement consistant à passer d’une tradition scientifique académique qui utilise la méthode pour asseoir un appareil théorique ou disciplinaire (Fabiani, 2020), à une considération de la méthode comme moyen de faire évoluer cet appareil, en questionnant les épistémologies sous-jacentes à l'investissement des méthodes mobilisées en Sciences Humaines et Sociales.

La première conférence, pour ouvrir la journée, a été proposée par Hervé Guyon (AMURE, UBO). Intitulée « Pour une approche pragmatiste des modèles statistiques », le propos avait pour objectif de questionner l'idée selon laquelle les modèles statistiques sont plus objectifs, rigoureux et fiables que les méthodologies qualitatives. Le chercheur a souligné l'importance des choix des chercheurs mobilisant des modèles statistiques et les simplification alors opérées. Si cette critique interroge la portée des résultats des modélisations statistiques, elles ne doivent cependant pas être mises de côté mais mobilisées dans le cadre d'une démarche pragmatiste.

La première communication, ensuite proposée par Catherine Loisy (CREAD, ENS Lyon), s'intitulait « La Méthode trajectoire : construction d'un outil méthodologique ancré dans l'approche culturelle et historique du développement ? ». La chercheure a exposé et questionné la construction d'un outil méthodologique permettant d'outiller l'étude du développement de l'activité professionnelle chez l'adulte et la notion de trajectoire. 

La deuxième communication, d'Orlane Le Quellec (CREAD, Université Rennes 2), était intitulée « Une reconfiguration de l’entretien par le terrain : maintenir un pouvoir d’agir sur l’outil méthodologique ». Elle donnait à comprendre comment la chercheure pouvait avoir à repenser, voire à « bricoler » in situ l’un de ses outils de recueil de données, afin de prendre en compte, dans une dynamique réflexive, les propos des sujets de son étude. 

La seconde conférence, tenue par Laurent Veillard (FoAP, Institut Agro Dijon), avait pour titre « Les systèmes sémiotiques dans des ateliers de production de l’enseignement agricole. Quels rôles dans le potentiel d’apprentissage des situations hybrides ? ». En appui sur la Théorie de l’Action Conjointe en Didactique, le chercheur a proposé de mettre en perspective, dans le cadre de deux « trajectoires » distinctes, l’usage, par des élèves et des formateurs, dans un contexte à la fois contexte de formation et de production, d’outils pluri sémiotiques et les difficultés générées par cet usage au plan des apprentissages des jeunes. 


La richesse des échanges a permis de dégager trois points essentiels :
    . L'importance de mettre au jour les postulats, parfois implicites, sur lesquels repose l'utilisation de modèles, dont l'objectivité ne garanti pas in fine la qualité des travaux qui les mobilisent ;
    . La reconstruction des outils méthodologiques au contact du terrain s'appuie sur les évolutions conjointes des perspectives des sujets étudiés et de celles offertes par la recherche "en train de se faire", à travers des boucles itératives ;
    . La co-instrumentation des dispositifs de recherche et de formation, à des fins de transformation des pratiques (professionnelles et de recherche) et de mises au jour de ces transformations, se présente en soi comme un objet de recherche intéressant à approfondir.

Les résumés et diaporamas des présentations sont sur le site sciencesconf de la journée : https://je-methodolgie.sciencesconf.org/resource/page/id/1 


Citer ce billet
HybridationS (2023, 22 août). Retour sur la Journée d’études “Méthodologies de la recherche” Carnet de recherche du séminaire HybridationS. Consulté le 4 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/prme

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search