JE “Méthodo” du PRT5 – Retour sur l’événement

Le 8 juin dernier, le PRT 5 du CREAD a organisé sa première journée d’étude “Méthodologies de la recherche”. Cette journée se voulait ouverte aux différentes méthodologies et approches travaillées au sein du laboratoire, afin d’interroger sur les sciences telles qu’elles se font (Calon et Latour, 1982). La journée invitait ainsi au renversement – d’une tradition scientifique académique qui utilise la méthode pour asseoir un appareil théorique ou disciplinaire (Fabiani, 2020) – et à une considération de la méthode comme source de transformation de cet appareil.

Cette journée a invité ses participant.e.s à poser un regard critique sur les protocoles de recueil de données mis en œuvre dans une recherche, quel que soit son degré d’avancement et le statut du chercheur (étudiant, doctorant ou chercheur expérimenté). Les exemples empiriques ont permis de mettre en relief les apports et limites des protocoles proposés.

La journée s’est structurée autour de quatre ateliers et de deux conférences.

La première conférence, tenue par Didier Cariou et Gérard Sensevy, intitulée “Sur la notion de preuve culturelle”, a permis de donner à voir et à comprendre une conception de la preuve que nous appelons culturelle. Les différentes espèces de preuves culturelles et deux paradigmes pour la preuve ont été présentés. Deux exemples concrets ont permis d’illustrer, l’un en histoire, l’autre en mathématique, des preuves culturelles. L’exposé a conclu en montrant l’intérêt et la nécessité de mise en synergie de preuves culturelles et de preuves statistiques.

La seconde conférence, tenue par Pascale Planche, avait pour titre “De la loi Huriet à la loi Jardé : L’évolution de la législation en matière d’éthique de la recherche”. La conférence a décrit le passage de la loi Huriet à la Loi Jardé et ses conséquences sur les pratiques de recherche et d’enseignement en sciences humaines et sociales, encadrées désormais par un nouveau dispositif législatif. En effet, les textes législatifs en matière d’éthique de la recherche se sont multipliés. Ils concernent les pratiques des chercheurs, la construction des protocoles de recherche et les enseignements dispensés aux doctorants. Enfin, l’intégrité scientifique complète aujourd’hui les recommandations en matière d’éthique de la recherche.

Le premier atelier interrogeait la question de la preuve anthropologie et de la preuve statistique. Les deux communications ont questionné les conditions d’existence et le statut de la preuve dans une recherche : qu’est ce qui fait preuve ? quelle est la valeur de la preuve ?

Le second atelier regroupait des communications dont les recherches ont été réalisées sur des terrains dits sensibles. Il s’agissait ici de donner à voir les adaptations des chercheurs concernant le recueil de données pour s’ajuster au mieux aux contraintes du terrain tout en conservant la problématique de la recherche. 

Le troisième atelier proposait des réflexions autour de la question de l’éthique et des précautions méthodologiques. Plus particulièrement, les communications se sont centrées sur ce que veut dire enquêter sur une population spécifique : de la définition de la population à la valeur des données recueillies. 

Enfin, le dernier atelier, intitulé “Questionnements praxéologiques, innovations méthodologiques”, a mis en évidence la place et le rôle des enquêté.e.s au sein d’une recherche. Les recherches présentées ici proposaient des approches innovantes où il ne s’agit plus d’enquêter sur mais de coopérer, travailler avec les acteurs afin de co-construire les savoirs. 

Deux conférences ont permis de structurer les échanges de la journée sur deux questions fondamentales: la preuve et l’éthique de la recherche.

La journée d’étude nous a ainsi donné à voir des méthodologies dépendantes non seulement des objets de recherche, du contexte, y compris légal, du croisement de plusieurs paradigmes qui traversent les sciences humaines et sociales et a fortiori les sciences de l’éducation mais aussi de caractéristiques personnelles et biographiques des chercheuses et chercheures. La compréhension de ces redéfinitions à l’œuvre semble précieuse pour situer, critiquer et se former aux méthodologies de la recherche.

Les organisateurs adressent un grand merci aux participant.e.s, aux communicant.e.s, aux discutant.e.s et aux conférencier.e.s.

Pour plus de détails, le lien vers le site Sciencesconf de la journée d’étude : https://jemprt52022.sciencesconf.org/

***

Auteur·e·s : Marine Roche, Agathe Dirani, Jean-Noël Blocher

Retour sur la JDD du CREAD

La journée des doctorant·e·s du CREAD s’est tenue le mercredi 27 avril 2022 (09h30-16h30) au Pôle Numérique Brest Bouguen (PN2B) à Brest.

Le lien vers le site de la journée : https://jdd-cread22.sciencesconf.org/

L’atelier PRT5 a permis de faire le lien entre ce programme de recherche et les travaux de recherche des doctorant.e.s. Réponse ci-dessous !

Bravo à toute l’équipe d’organisation des JDD !!

L’équipe du PRT5.

Annonce – Atelier – 23/05 à Brest

Atelier “Interpréter son corpus de texte avec Iramuteq ou Alceste”

Lundi 23 mai de 14h00 à 16h00 – Bibliothèque Universitaire de Lettres 11, Avenue Foch  29200 Brest

Cet atelier proposé par le séminaire Outils du Quanti à Brest s’inscrit dans la continuité de l’intervention de Catherine Adam et Cécile Plaud “Interpréter avec Alceste (ou IramuteQ)” à l’occasion du Séminaire Humanités Numériques 2022 #1 – Utiliser des outils et des services numériques dans sa pratique d’analyse de discours (oraux et écrits) – organisé par la Maison des sciences de l’homme en Bretagne le 14 avril 2022.

Vous pouvez réécouter sur la page du séminaire HN 2022 ou sur Canal U l’intervention de Catherine Adam et Cécile Plaud.

Pré-requis : Il ne s’agit pas d’une formation de découverte de Iramuteq ou de Alceste. Les participants devront déjà être familiers avec une utilisation de base d’un de ces logiciels et devront déjà avoir pré-analysé leur jeu de données.

Public : L’atelier est ouvert aux doctorants, post-doctorants, aux chercheurs, enseignants-chercheurs et aux personnels d’appui à la recherche ayant déjà pratiqué l’analyse textuelle avec Iramuteq ou Alceste mais souhaitant confronter et approfondir l’interprétation des résultats de leur corpus de texte.

Formatrices : Catherine Adam et Cécile Plaud, enseignantes-chercheuses du pôle Sciences humaines et sociales de l’École nationale supérieure de techniques avancées Bretagne (ENSTA Bretagne)

Matériel nécessaire : Un ordinateur portable avec Iramuteq ou Alceste installé et votre propre jeu de données prêt à être chargé dans Iramuteq ou Alceste.

Nombre de places disponibles : 20 places, sur pré-inscription

Date : Lundi 23 mai 2022 de 14h00 à 16h00

Lieu : Salle de formation de la Bibliothèque Universitaire de Lettres 11, Avenue Foch  29200 Brest

Pré-Inscriptions : https://forms.gle/Rg3gE8CgjuNs5Dre9

Séminaire HybridationS – Quatrième séance

Bonjour à toutes et tous, la quatrième séance du séminaire HybridationS, rattaché au programme de recherche Épistémologie et méthodologies du CREAD (EA3875), aura lieu le vendredi 10 décembre 2021 de 10h à 12h30.
Cette séance s’intitule “Du funambulisme féminin à l’œuvre dans les relations d’enquête : deux recherches en éducation face à l’intersection de différents rapports de pouvoir”
Nous aurons le plaisir d’accueillir les interventions de Lise Lhéritier-Alaoui (CREAD, Université Rennes 2) et Chloé Riban (CREAD et CREF, Université Paris Nanterre).
Pour participer, merci de vous inscrire à partir du lien suivant : https://framaforms.org/inscription-seminaire-hybridations-1638183468

La séance sera accessible en présentiel sur le campus Villejean de l’université Rennes 2 (salle TD1, bâtiment T) et à distance en visioconférence à partir du lien suivant : https://meet.gip-numerique.bzh/810135949

Les règles en vigueur concernant les événements scientifiques ouverts à des personnes extérieures aux institutions organisatrices seront appliquées. Bien cordialement,

Jean-Noël Blocher, Agathe Dirani et Laurent Mell (CREAD-Université Rennes 2 et CREAD-Université de Bretagne Occidentale)
Pour l’équipe organisatrice du séminaire HybridationS

***

“Du funambulisme féminin à l’œuvre dans les relations d’enquête : deux recherches en éducation face à l’intersection de différents rapports de pouvoir”

Auteur·e·s : Chloé Riban, Lise Lhéritier Alaoui, Agathe Dirani, Jean-Noël Blocher et Laurent Mell

Présentation

Les anthropologues ont, très tôt, questionné le rapport entretenu avec leurs “enquêté.e.s” et interrogé leur place sur leurs terrains de recherche. Dans les sciences sociales, les enquêtes ethnographiques mènent souvent à ce type de réflexion (Beaud, 1997 ; Beaud & Pialoux, 2012 ; Pinçon & Pinçon-Charlot, 1997 ; Payet, Rostaing, & Giuliani, 2010), qui demeure cependant relativement peu visible dans la littérature scientifique, où la relation d’enquête est rarement détaillée. 

Au sein des sciences sociales, les travaux faisant référence à l’identité du.de la chercheur.euse semblent s’être développés de manière inégale en fonction des disciplines. Lorsqu’il en est question, il convient de noter que cela se déploie majoritairement à propos de la posture du. de la savant.e et de son engagement (Weber, 1919) ou de la distance (Elias, 1983; Thévenot, 2006) mis  dans et avec l’espace public et son rapport au terrain. 

Dans un contexte de valorisation de la neutralité axiologique et de l’approche hypothético-déductive dans la production des connaissances, la restitution des postures et ressentis sur le terrain est une démarche particulière, car « l’expression singulière est […] vulnérabilisante » (Laugier et al., 2009, p. 181). Ne pas dire les émotions que fait naître la rencontre avec l’autre  ̶  et ce que cela comporte de remise en cause et d’ajustements ̶ apparaît plus confortable. Pourtant, assumer la vulnérabilité inhérente à toute pratique humaine et faire le choix du dévoilement éclaire le déroulement de l’enquête, dans une dialectique entre « heuristique et éthique » (Payet et al., Ibid., p. 7). Alors que, comme le suggère Spinoza, les affects sont les moteurs de l’activité humaine, il apparaît crucial, dans un objectif de scientificité, de mettre à jour ce qui a façonné la place du. de la chercheur.euse sur son terrain d’enquête. En creux, apparaît également à travers ces expériences formelles l’émergence potentielle d’un “ordre du discours” (Foucault, 1970) à propos de l’écriture biographique des chercheuses et chercheurs dans un contexte scientifique, restant à questionner. 

Dans cette perspective, plusieurs publications (Yohana, 1995 ;  Bué, 2010 ; Landour, 2013) prennent la relation d’enquête comme point d’approfondissement et de relecture des recherches menées. L’examen à la loupe de ces relations apparaît dès lors comme un critère de scientificité émergent en sciences de l’éducation et de la formation, permettant la restitution des conditions d’enquête dans leur pluralité. La figure de l’équilibriste proposée par Landour (2013) nous semble constituer une clé d’analyse fertile pour mettre au jour les relations d’enquête. « A l’entrée sur le terrain, dans la conduite de l’enquête ou dans les choix de restitution opérés, la démarche ethnographique s’apparente à un numéro d’équilibriste. Chaque pas appelle négociations, stratégies et tactiques pour avancer sur le fil de l’investigation tout en cherchant à limiter autant que possible les éventuels biais et perturbations, sources de perte d’équilibre dans la collecte des données. » (Landour, 2013, p.25).

Pour explorer cette figure et s’interroger plus avant sur les manières de tenir l’équilibre, le séminaire HybridationS a souhaité revenir sur deux recherches doctorales auprès de femmes des milieux populaires, mobilisant des approches ethnographiques (Riban, 2020; Lhéritier-Alaoui, 2022). Ces travaux offrent une réflexion sur les enjeux de la relation d’enquête, tels qu’ils ont été vécus. La question des rapports de pouvoir, qui structurent le champ social, semble en effet cruciale dans la mesure où l’enquêteur.rice ne peut y échapper, en dépit de son désir de créer des relations aussi respectueuses que possible sur son terrain. Dès lors, diverses tactiques se déploient, à la fois du côté du.de la chercheur.euse, mais aussi des enquêté.e.s elleux-même, qui sont amené.e.s à négocier les termes de la relation d’enquête. 

Des enjeux méthodologiques de l’enquête avec des femmes ethnicisées des milieux populaires aux questions entourant l’écriture et la restitution des données, la socioanalyse, la conscientisation nécessaire à toute réflexivité, la subjectivité et l’engagement apparaissent comme autant de dimensions de l’enquête qui non seulement éclairent la production des connaissances, mais produisent également “un savoir particulier, un savoir local, un savoir différentiel » (Foucault cité par Bilge, 2015) ou encore un savoir expérientiel. La restitution de ces connaissances fait ainsi dialoguer les “savoirs scientifiques” et les “savoirs narratifs” (Peraya, 2012). À travers cette relecture de considérations méthodologiques et éthiques, apparaît donc en filigrane une dimension plus épistémologique de l’activité de recherche.

Référence bibliographiques

Yohana, E.. Relations d’enquête et positions sociales. Une enquête auprès de jeunes d’une cité de banlieue. In: Genèses, 20, 1995. Histoire politique, histoire du politique, sous la direction de Christian Topalov . pp. 126-142.

Payet, J.-P., Rostaing, C. & Giuliani, F. (2010). La relation d’enquête : La sociologie au défi des acteurs faibles. Rennes. Presses universitaires de Rennes.

Beaud, S. (1997). Un temps élastique. Etudiants des « cités » et examens universitaires. Terrain. Anthropologie & sciences humaines, 29, 43‑58.

Beaud, S., & Pialoux, M. (2012). Retour sur la condition ouvrière : Enquête aux usines Peugeot de Sochaux-Montbéliard (Nouvelle édition, préface et postface inédites des auteurs). la Découverte.

Bilge, S. (2015). Le blanchiment de l’intersectionnalité. Recherches féministes, 28(2),          9‑32.   

Bué, N. (2010). Gérer les relations d’enquête en terrains imbriqués: Risque d’enclicage et distances aux enquêtés dans une recherche sur une coalition partisane locale. Revue internationale de politique comparée, 17, 77-91.

Baudelot Christian, Gollac Michel. Faire avec. In: Genèses, 29, 1997. Sciences sociales improbables, sous la direction de Jean Leroy. pp. 115-118.

Foucault, M. (1970). L’Ordre du discours. Paris: Gallimard. 

Landour, J. (2013). Le chercheur funambule: Quand une salariée se fait la sociologue de son univers professionnel. Genèses, 90, 25-41.

Lhéritier-Alaoui, L. Ce que disent les discours à l’école maternelle: construction de socialisations plurielles entre rapports de domination, stigmates et formes de résistances. Une approche sociolinguistique ethnographique. Thèse de doctorat en cours, Université Rennes 2. 

Peraya, D. (2012). Quel impact les technologies ont-elles sur la production et la diffusion des connaissances ? Questions de communication, 21, 89-106. 

Pinçon, M., & Pinçon-Charlot, M. (1997). Voyage en grande bourgeoisie : Journal d’enquête. Presses universitaires de France.

Riban, C. (2020). L’école dans le quotidien de mères de familles populaires ethnicisées. Interdépendance des sphères d’expérience et enjeux de subjectivation. Thèse de doctorat de l’Université Rennes 2.

Thévenot, L. (2006). L’Action au pluriel. Sociologie des régimes d’engagement. Paris: La Découverte. Weber, M. (1919/1959). Le savant et le politique. trad. Freund, J. Paris: Plon.

Annonce – Data SHS – Progedo-Loire – Education

Bonjour,

Dans le cadre de la semaine Data-SHS (6 au 10 décembre 2021), PROGEDO-Loire organise plusieurs évènements susceptibles de vous intéresser. Je voudrais notamment évoquer :

  • la présentation de l’Observatoire de la Réussite Universitaire par Christophe MICHAUT et Mélanie KUHN-LE BRAZ ;
  • la table ronde du 8 décembre à laquelle Inès ALBANDEA participera pour témoigner de l’enseignement des méthodes quantitatives en Sciences de l’Éducation à l’Université de Nantes. Cette rencontre permettra d’échanger sur les difficultés rencontrées à l’enseignement de certains savoirs, et sur les astuces pour y remédier ; de prendre connaissance des offres proposées par les autres maquettes, alors que nos étudiants – surtout à un niveau avancé – peuvent être issus de différentes disciplines ; et aussi, de mieux appréhender la pratique de la recherche (celle de demain, mais aussi celle d’aujourd’hui) à travers le contenu de nos enseignements ;
  • la matinée du 9 décembre dédiée aux questions éthiques et juridiques (RGPD, comités d’éthique…) auxquelles chaque chercheur doit répondre lorsqu’il traite des données personnelles ou sensibles, ou lorsqu’il mène des expérimentations – deux cas de figure assez fréquents en Sciences de l’éducation ;
  • la journée du 6 décembre sur le traitement quantitatif des données temporelles, notamment longitudinales (ex : le suivi de la scolarité d’un individu ; indicateurs à plusieurs dates…) ;
  • les ateliers du 8 décembre (après-midi) et du 10 décembre (après-midi) qui pourraient notamment répondre à de nombreuses questions de vos doctorants les moins formés aux méthodes quantitatives et statistiques.

Pour en savoir plus, vous retrouverez le programme complet à partir du lien ci-dessous :

Semaine Data-SHS 2021 – PROGEDO-Loire

Cordialement,

Aliette ROUX – IR PROGEDO-Loire

Annonce de journée d’étude

Bonjour à toutes et tous,

Le groupe de travail interdisciplinaire de la MSHB, Créations, Arts, Sciences et Techniques (CAST) organise le 26 novembre 2021 une première journée de conférences et table-rondes “Indisciplinarité dans les arts et les sciences : des fablabs à l’architecture spatiale …“.
Cet événement se déroulera de 9h30 à 12h30 et de 14h à 17h, en présentiel (MSHB, Rennes) et en visioconférence.

La journée sera divisée en deux parties :

  • La matinée (9h30 – 12h30) sera consacrée à : Indisciplinarité et créativité diffuse : fablabs, hackers, makers
  • L’après-midi (14h – 17h) portera sur : Indisciplinarité en milieux extrêmes : Space Architecture – Cette séance est organisée avec l’appui du réseau disruptif sur les architectures extrêmes ARCHES et le soutien du GRIEF.

L’inscription à la journée du 26 novembre est gratuite mais obligatoire : formulaire ici.

Le passe sanitaire est requis pour participer en présentiel.
Les informations de connexion à la visioconférence seront transmises la veille de l’évènement.

Bien cordialement,

L’équipe de la MSHB

Annonce de Séminaire

« La diversité des pratiques scientifiques en histoire des sciences et des techniques, humanités numériques et médiation culturelle »

Séance du 18 novembre 2021 de 17h30 à 19h00
Faculté des Lettres et Sciences Humaines
20, rue Duquesne 29200 Brest
Salle B.124

Fabrice Louis (MCF, INSPÉ Bretagne, CREAD) : « L’IA est-elle une véritable intelligence ? La perspective du monisme de Raymond Ruyer »

Résumé : Lorsque Yann Le Cun évoque, dans une conférence de 2018, les défis de l’IA, il fait mention de l’aptitude future de l’IA à combler des informations incomplètes. Imaginez une feuille blanche devant l’artiste commençant son travail. Cette feuille signifie quelque chose pour l’artiste, non pas parce qu’il manque des informations mais parce qu’elle permet à l’artiste de voir des possibilités d’agir. C’est aussi le défi qu’évoque Yann Le Cun : produire une intelligence artificielle apte à concevoir des mondes probables de manière autonome, autonome c’est-à-dire sans apprentissage supervisé par un technicien. Mais il concède que « la théorie de l’IA n’informe pas sur les détails des mécanismes dans le cerveau ou de la bonne manière d’aborder l’apprentissage auto-supervisé qui le caractérise » (Quand la Machine apprend, 2019, p. 375).

Ce paradoxe de la feuille blanche est un de ceux étudiés par Raymond Ruyer dans Les paradoxes de la conscience et limites de l’automatisme (1966). Ce paradoxe permet de préciser les défis que le philosophe doit relever pour affirmer que l’Intelligence Artificielle est une véritable intelligence, au sens où nous pouvons l’affirmer pour un être vivant. Je présenterai cinq types de défis étudiés par Ruyer dans la perspective du monisme des formes qu’il a élaboré au milieu du XXème siècle : le défi de la nouveauté, le défi de la perception, le défi de l’information, le défi de l’autonomie, le défi de l’action vraie.

Ruyer ne conteste pas que l’IA arrivera tôt ou tard à imiter les performances des êtres vivants. Ce que le philosophe conteste, c’est que les procédés utilisés pour parvenir à ces objectifs correspondront bien à ce qu’un être humain fait pour relever le même type de défi. L’argumentation typique d’une philosophie internaliste présentée dans cette communication ne sera sans doute pas d’une grande utilité pour les concepteurs de l’IA. En revanche, il est possible que cela donne une autre idée sur les véritables dangers de l’IA pour l’humanité ; que l’IA s’émancipe de l’humanité est peu probable si Ruyer a raison. Mais si Ruyer a raison il est probable que l’humanité pourra être de plus en plus aliénée par les progrès de l’IA si elle ne perçoit pas clairement ce qu’est une IA.

Il vous sera possible de suivre la conférence à distance, en direct, via une classe virtuelle. Si vous êtes intéressé(e), veuillez me contacter à l’adresse suivante : lisa.rougetet@univ-brest.fr

Séminaire HybridationS – Troisième séance (24 septembre 2021 9h-12h)

Bonjour à toutes et tous,

nous avons le plaisir de vous annoncer la tenue de la troisième séance du séminaire HybridationS. Cette séance est co-organisée par le PRT2 et le PRT5 du CREAD (EA3875).

Cette séance s’intitule Les vertus épistémiques : une autre perspective pour les sciences, l’École et la didactique ?

Elle s’articulera autour des interventions de Roger Pouivet () et Fabrice Louis (CREAD), dont les résumés figurent ci-dessous, suivies de discussions proposées par Gérard Sensevy (CREAD) et …(CREAD)

Elle aura lieu le vendredi 24 septembre 2021 de 9h à 12h en co-modalité: en présentiel à l’INSPE de Rennes (salle du Conseil) et à distance en visioconférence (lien disponible sur inscription).

Une rediffusion sera accessible à partir du site INSPE de Brest (salle suivant affichage)

Intervenants

Roger Pouivet, université de Lorraine, membre senior de l’Institut universitaire de France et Fabrice Louis, CREAD

Discutants

Gérard Sensevy, CREAD et Xavier Riondet, CREAD

***

Les vertus épistémiques, une autre perspective pour les sciences, l’École et la didactique

Présentation

Cette nouvelle séance, co-organisée par les PRT2 (Éducation(s) et apprentissages – pratiques de savoirs) et PRT5 (Épistémologies et méthodologies : hybridations en sciences de l’éducation et de la formation) propose d’interroger l’hybridation entre faits et croyances dans l’établissement de la preuve scientifique. Si elles dépassent largement les questions d’ordre épistémologique (France, 2019), les récentes incursions de figures qualifiées de complotistes dans les médias ont ravivé l’intérêt de questionner la place des croyances dans l’établissement de faits scientifiques.

Alors que les travaux en épistémologie des sciences font état de divers régimes de preuves, complémentaires ou concurrents, empreints des divers paradigmes, cette séance propose d’interroger la place des croyances légitimes dans le processus de production de connaissances. A partir des travaux de Pouivet (2008, 2017), qui proposent une réflexion sur “l’épistémologie des vertus”, nous cherchons à interroger les critères de reconnaissance de la preuve scientifique. En quoi les croyances légitimes et plus largement l’éthique des acteurs de la recherche, constituent-t-elles un critère de reconnaissance de la production de savoirs ? 

Il en découle un questionnement sur les pratiques éducatives au sein des institutions scolaires et la manière dont elles acculturent et socialisent les élèves en tant que producteurs de connaissances. Les pratiques de savoir sont liées de diverses manières à l’épistémologie qui considère 5 questions différentes pour étudier la connaissance. Tout d’abord qu’est-ce que la connaissance ?  Ensuite se pose la question de l’évaluation des connaissances. Troisièmement, comment la connaissance se construit-elle ? Quatrièmement, comment la recherche de la connaissance doit-elle être conduite ?  Et enfin, comment la connaissance peut-elle être enseignée ? On peut lier la seconde question et la dernière question en se demandant comment « connaître et croire » sont liés au terme « apprendre et enseigner » (Scheffler, 2011). 

La question des croyances et de leur correction est également au centre d’études sociologiques (Bronner (2003 & 2013), Boudon (2012). En quoi la « norme de correction des croyances » (Engel, 2019) peut-elle être un objet d’étude pour la didactique ? Cette norme de correction est-elle liée à la responsabilité dans l’acte d’apprendre et d’enseigner ? Les agents adoptent-ils des normes de correction différentes en fonction des circonstances ? Quelles sont ces normes de correction ? Jouent-elles un rôle dans les apprentissages ? Sont-elles implicites ?

De manière classique, en didactique, le lien est fait de manière triangulaire entre savoir, apprenant et enseignant. Cette journée d’étude propose d’élargir le questionnement en interrogeant les finalités des curricula scolaires et permettra d’approfondir le terme de savoir de manière à le relier au concept « d’éthique intellectuelle » (Pouivet, 2020). Roger Pouivet posera la question de la  légitimité de croire et de prétendre savoir.  Cette question normative implique une autre question, celle de la valeur de notre vie intellectuelle, bonne ou mauvaise. Dans cette perspective, l’auteur d’ « une épistémologie des croyances religieuses » (2013) ancre son propos dans une épistémologie des vertus qui élargit les contraintes habituelles de notre vie intellectuelle (obligations, normes, impératifs, règles) à un ensemble de valeurs (vertu, attraction, sagesse, …). Or, si « ce que nous avons le droit de croire ou de prétendre savoir détermine notre responsabilité épistémique » (Pouivet, 2020) et que ce droit dépend de l’exercice de vertus et non seulement d’adoption de règles, la question d’une étude anthropologique des phénomènes didactiques dans cette perspective pourrait bien redessiner la carte des responsabilités qui incombent aux protagonistes des apprentissages.

Références à consulter

Boudon, R. (2012). Croire et savoir : Penser le politique, le moral et le religieux (1re édition). PUF.

Bronner, G. (2013). La démocratie des crédules. Presses Universitaires de France. https://doi.org/10.3917/puf.bron.2013.01

Engel, P. (2019). Les vices du savoir : Essai d’éthique intellectuelle. Agone.

Bronner, G. (2003). L’empire des croyances. Presses Universitaires de France. https://doi.org/10.3917/puf.bronn.2003.01

France, P., « Méfiance avec le soupçon ? Vers une étude du complot(isme) en sciences sociales », Champ pénal/Penal field [En ligne], 17 | 2019, mis en ligne le 26 juin 2019, consulté le 13 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org.distant.bu.univ-rennes2.fr/champpenal/10718

Pouivet, R. (2008). Vertus épistémiques, émotions cognitives et éducation. Éducation et didactique, Vol. 2(3), 123‑139.

Pouivet, R. (2017). ‪Le droit de (ne pas) croire. Une réponse à Pascal Engel‪. Philosophia Scientiae, 21‑3(3), 147‑164.

Pouivet, R. (2020). L’éthique intellectuelle : Une épistémologie des vertus. Librairie philosophique J. Vrin.

Scheffler, I., & Le Du, M. (2011). Les conditions de la connaissance : Une introduction à l’épistémologie et à l’éducation. J. Vrin.

Auteur·e·s : Fabrice Louis (CREAD, UBO), Agathe Dirani (CREAD, Univ. Rennes)

Séminaire HybridationS – Deuxième séance (11 juin 2021 10h-12h30)

Bonjour à toutes et tous,

nous avons le plaisir de vous annoncer la tenue de la deuxième séance du séminaire HybridationS. Ce séminaire correspond à l’un des espaces de réflexion du Programme de Recherche Transversal « Épistémologies et méthodologies : hybridations en sciences de l’éducation et de la formation » de l’unité de recherche CREAD (EA 3875).

Cette séance aura lieu le vendredi 11 juin de 10h à 12h30.

Intervenant·e·s

Céline Piquée (CREAD) & Esther Geuring (CREAD)

Discutant

Gilles Kermarrec (CREAD)

***

Du “quali” au “quanti” et vice-versa : processus de conversion et complémentarité des données collectées.

***

Présentation

L’histoire des méthodes en sciences humaines et sociales s’est construite autour de plusieurs périodes socio-historiques, ayant donné des places diverses à des méthodes spécifiques, issues d’écoles de pensée et de groupes de recherche situés. Les sciences de l’éducation et de la formation restent particulièrement marquées, notamment, par deux périodes opposées : l’école de Chicago, qui dès 1920, inspirée par l’anthropologie, fait primer les études de terrain, l’immersion dans l’objet puis, à partir des années 70, le développement des méthodes statistiques, autour de Lazarsfeld à Columbia, lesquelles ont eu de forts retentissement dans le contexte français.

L’articulation entre méthodologie de recherche qualitative et méthodologie de recherche quantitative ne va pas de soi en sciences de manière générale et, plus spécifiquement, en sciences humaines et sociales. Ces approches sont d’ailleurs bien plus souvent mises en opposition que pensées et mises en articulation dans la recherche. Par ailleurs, nombre de manuels de référence concernant les méthodologies en sciences humaines et sociales se concentrent tantôt sur le qualitatif (Cefaï, 2010 ; Peretz, 2004 ; Kaufmann, 2011) tantôt sur le quantitatif (Bressoux, 2010 ; Singly, 1992 ; Martin, 2012).

Le clivage persistant entre ces approches repose, en grande partie, sur des positionnements paradigmatiques soulignant la présence de différences incompatibles (Anadón, 2019). L’enquête par questionnaire serait nécessairement positiviste et hypothético-déductive et l’enquête par entretien davantage constructiviste et inductive. L’expression de cette relative incompatibilité peut soulever des difficultés spécifiques, dans la mise en pratique de dispositifs mixtes tout comme dans l’examen de la validité des données récoltées. Les débats et les controverses inhérents à ce clivage entretiennent cette scission méthodologique. Pour autant, n’est-il pas possible de se projeter au-delà de cette “guerre des paradigmes” ? Les fondements épistémologiques qui sous-tendent ces méthodologies sont-ils nécessairement incompatibles ?

A l’instar des approches ethnographiques en sociologie (Beaud et Weber, 2012), de nombreux objets travaillés par les sciences de l’éducation et de la formation invitent pourtant à croiser les approches méthodologiques et les types de données. En outre, les possibles croisements des approches sont démultipliées par la dimension pluridisciplinaire des sciences de l’éducation et de la formation. Par exemple, les travaux sur l’expérience des navigateurs en sciences du sport, sur l’expérience étudiante dans le contexte de mise en œuvre d’une nouvelle réforme politique, ou encore ceux sur l’apprentissage dans un environnement sociotechnique donné, se prêtent particulièrement bien au croisement des points de vue et des méthodes de production des données, de divers types. Quels enjeux se posent alors dans la pratique ? Quelles sont les différentes manières de faire dialoguer approches qualitatives et quantitatives ? Comment parvenir à ne pas les hiérarchiser ?

Ces questionnements invitent aussi à réfléchir sur ce que “dialoguer” ou “hybrider” veut dire. En effet, il est par exemple fréquent de mobiliser des données quantitatives (taux de chômage, niveau de diplôme, etc.), produites par l’INSEE ou d’autres structures de ce type, lorsque l’on mène un travail ethnographique auprès d’une population donnée. Cela permet de “poser le décor”, de donner à voir certains aspects d’un territoire ou certaines caractéristiques d’un groupe, sans que ce cadrage chiffré ne soit cependant toujours véritablement exploité. Cette utilisation conjointe de données qualitatives et quantitatives relève-t-elle de l’hybridation? Le constat de la présence à titre principal d’une approche n’enlève rien à l’intérêt de considérer le “degré” ou la place de ce dialogue au sein de la recherche.

Si cette dichotomie reposant sur les adjectifs “qualitatif” et “quantitatif” est entrée dans le langage courant, celle-ci est susceptible de contribuer à un étiquetage étroit des travaux, qu’il s’agit de repenser. Dans bien des cas, l’enquête en tant que démarche faisant dialoguer théories et terrains, emprunte, croise, transforme et produit de nouvelles méthodes, dont il s’agit de rendre compte, pour ensuite en discuter les pré-requis, la validité mais aussi les apports pour le débat scientifique.

Références à consulter

Anadón, M. (2019). Les méthodes mixtes : implications pour la recherche « dite » qualitative. Recherches qualitatives, 38(1), 105–123. https://doi.org/10.7202/1059650ar.

Beaud, S. & Weber, F. (2012). 11 – Le raisonnement ethnographique. Dans : Serge Paugam éd., L’enquête sociologique (pp. 223-246). Paris cedex 14, France: Presses Universitaires de France. https://doi.org/10.3917/puf.paug.2012.01.0223.

Bressoux, P. (2010). Modélisation statistique appliquée aux sciences sociales. Louvain-la-Neuve, Belgique : De Boeck Supérieur.

Campbell, D. T., & Fiske, D. W. (1959). Convergent and discriminant validation by the multitrait-multimethod matrix. Psychological bulletin, 56(2), 81-105.

Cefaï, D. (2010). L’engagement ethnographique. Paris : Éditions de l’EHESS.

Creswell, J. W., & Plano Clark, V. (2007). Designing and conducting mixed methods research. Thousand Oaks, CA : Sage.

De Singly, F. (1992). L’enquête et ses méthodes : le questionnaire. Paris : Nathan.

Gage, N. L. (1989). The paradigm wars and their aftermath : A “historical” sketch of research on teaching since 1989. Educational researcher, 18(7), 4-10.

Johnson, R. B., & Onwuegbuzie, A. (2004). Mixed methods research : A research paradigm whose time has come. Educational Researcher, 33(7), 14-26.

Kaufmann, J.-C. (2011). L’entretien compréhensif. Paris : Armand Colin.

Martin, O. (2012). L’enquête et ses méthodes : l’analyse quantitative des données. Paris : Armand Colin.

Mertens, D. M. (2010). Transformative mixed methods research. Qualitative Inquiry, 16(6), 469-474.

Mertens, D. M. (2012). What comes first? The paradigm or the approach? Journal of Mixed Methods Research, 6(4), 255-257.

Peretz, H. (2004). Les méthodes en sociologie : l’observation. Paris : La découverte.

***

Auteur·e·s : Agathe Dirani, Laurent Mell, Chloé Riban et les membres du CREAD rattachés au programme de recherche Epistémologie et méthodologies du CREAD

***

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search