Programmation scientifique du Programme de recherche transversal en 2024

Épistémologie et méthodologies : hybridations en Sciences de l’éducation et de la formation (PRT5)

Les séminaires HybridationS

Le séminaire HybridationS aborde la diversité des méthodes et méthodologies employées au sein des travaux en sciences de l’éducation et de la formation (SEF), pour interroger ce que signifie « faire de la science », en lien avec les différents programmes de recherche thématiques du CREAD et les concepts intéressant l’équipe de manière transversale (émancipation, autonomisation). Il a pour projet d’investiguer les hybridations, dans et entre les processus de recherche, résultant d’emprunts à divers paradigmes. Il met ainsi en relief les processus de création à l’œuvre dans la production des travaux de recherche du CREAD, pris entre contraintes et opportunités. Pour travailler cette problématique, l’attention porte plus particulièrement sur : les pratiques de recherche, les types de preuves, le recours à différents types de matériaux empiriques, le renouvellement des méthodes.

  • Séminaire n°1 sur les adaptations méthodologiques en sociologie de l’enfance: “L’observation directe des émotions enfantines : questions méthodologiques”

    • Vendredi 8 mars 2024 : 10h00-12h30        
    • Séance coordonnée par Ghislain Leroy, CREAD, Université Rennes 2   
    • Intervenant.e.s : Kevin Diter, Univesité de Lille, Amélia Legavre, INSPE de Bretagne, Ghislain Leroy, Universié de Rennes 2
    • Salles : C@mpus numérique de Bretagne     
      À Rennes : TD1 Villejean
      À Brest : TD1 Bouguen
    • Résumé : cliquer ici
    • Notes de séance : cliquer ici
    • Support de la communication : cliquer ici

      Les ateliers Epistemeth

      Les ateliers Epitsthemeth proposent de discuter de la diversité des méthodologies employées au sein des travaux en sciences de l’éducation et de la formation et d’échanger sur les questionnements d’ordre méthodologique et épistémologique sur les objets travaillés au sein du CREAD. Il a pour objectif de favoriser le partage de connaissances entre membres du CREAD. Les séances prévoient un temps de présentation et un temps de discussion.

      • Atelier n°1 : Analyse de données textuelles
        • Vendredi 26 janvier 2024 : 13h30-15h30        
        • Séance coordonnée par : Charleyne Caroff, CREAD, UBO   
        • Intervenant.e.s : Charleyne Caroff & Elzbieta Sanojca, CREAD, Université Rennes 2
        • Salles : C@mpus numérique de Bretagne     
          À Rennes : TD1 Villejean
          À Brest : TD1 Bouguen
        • Résumés des communications : cliquer ici
        • Supports des communications :
          . Communication C. CAROFF : cliquer ici
          . Communication E. SANOJCA : cliquer ici
        • Notes de séance : cliquer ici

        • Atelier n°2 : Autour de l’enquête par entretien : entretien d’explicitation et entretien d’auto-confrontation >> Inscription <<          
            • Vendredi 16 février 2024 : 13h30-15h30         
            • Séance coordonnée par : Muriel Blat, CREAD, UBO
            • Intervenant.e.s : Muriel Blat et Magali Prost, CREAD, UBO
            • Salles : C@mpus numérique de Bretagne     
              À Rennes : TD1 Villejean
              À Brest : TD1 Bouguen
            • Supports des communications :
              . Communication M. BLAT : cliquer ici
              . Communication M. PROST : cliquer ici
            • Notes de séance : cliquer ici

          • Atelier n°3 : Protocoles d’anonymisation des données : cas d’études en Sciences de l’éducation et de la formation >> Inscription<<
              • Vendredi 29 mars 2024 : 13h30-15h30           
              • Séance coordonnée par : James Masy
              • Intervenant.e.s : Marianne Trainoir, Membre chercheur·e·s du comité éthique de l’université Rennes 2 issu·e·s des Sciences de l’éducation et de la formation, Inès Rauturier, Déléguée à la protection des données de l’université Rennes 2, Manon Hoareau et Stéphanie Quirino-Chaves, CREAD.

          • Salles : C@mpus numérique de Bretagne     
          • À Rennes : TD1 Villejean
          • À Brest : TPI Bouguen
          • Notes de séance : cliquer ici

          Pour toute question ou suggestion en lien avec le PRT5, vous pouvez contacter Agathe Dirani (agathe.dirani@univ-rennes2.fr) et Maël Le Paven Jarno (mael.lepaven@univ-brest.fr)

          Retour sur la Journée d’études “Méthodologies de la recherche”

          Dans la continuité des précédentes éditions, la journée d'études "Méthodologies de la recherche", organisée par le PRT5 du CREAD le 22 juin 2023 en multimodal (présentiel à Rennes et à Brest + distanciel), ambitionnait de questionner "les sciences telles qu’elles se font" (Calon et Latour, 1982) à travers les méthodes qu'elles mettent en oeuvre. Ceci  de manière à contribuer à un renversement consistant à passer d’une tradition scientifique académique qui utilise la méthode pour asseoir un appareil théorique ou disciplinaire (Fabiani, 2020), à une considération de la méthode comme moyen de faire évoluer cet appareil, en questionnant les épistémologies sous-jacentes à l'investissement des méthodes mobilisées en Sciences Humaines et Sociales.
          
          La première conférence, pour ouvrir la journée, a été proposée par Hervé Guyon (AMURE, UBO). Intitulée « Pour une approche pragmatiste des modèles statistiques », le propos avait pour objectif de questionner l'idée selon laquelle les modèles statistiques sont plus objectifs, rigoureux et fiables que les méthodologies qualitatives. Le chercheur a souligné l'importance des choix des chercheurs mobilisant des modèles statistiques et les simplification alors opérées. Si cette critique interroge la portée des résultats des modélisations statistiques, elles ne doivent cependant pas être mises de côté mais mobilisées dans le cadre d'une démarche pragmatiste.
          
          La première communication, ensuite proposée par Catherine Loisy (CREAD, ENS Lyon), s'intitulait « La Méthode trajectoire : construction d'un outil méthodologique ancré dans l'approche culturelle et historique du développement ? ». La chercheure a exposé et questionné la construction d'un outil méthodologique permettant d'outiller l'étude du développement de l'activité professionnelle chez l'adulte et la notion de trajectoire. 
          
          La deuxième communication, d'Orlane Le Quellec (CREAD, Université Rennes 2), était intitulée « Une reconfiguration de l’entretien par le terrain : maintenir un pouvoir d’agir sur l’outil méthodologique ». Elle donnait à comprendre comment la chercheure pouvait avoir à repenser, voire à « bricoler » in situ l’un de ses outils de recueil de données, afin de prendre en compte, dans une dynamique réflexive, les propos des sujets de son étude. 
          
          La seconde conférence, tenue par Laurent Veillard (FoAP, Institut Agro Dijon), avait pour titre « Les systèmes sémiotiques dans des ateliers de production de l’enseignement agricole. Quels rôles dans le potentiel d’apprentissage des situations hybrides ? ». En appui sur la Théorie de l’Action Conjointe en Didactique, le chercheur a proposé de mettre en perspective, dans le cadre de deux « trajectoires » distinctes, l’usage, par des élèves et des formateurs, dans un contexte à la fois contexte de formation et de production, d’outils pluri sémiotiques et les difficultés générées par cet usage au plan des apprentissages des jeunes. 
          
          
          La richesse des échanges a permis de dégager trois points essentiels :
              . L'importance de mettre au jour les postulats, parfois implicites, sur lesquels repose l'utilisation de modèles, dont l'objectivité ne garanti pas in fine la qualité des travaux qui les mobilisent ;
              . La reconstruction des outils méthodologiques au contact du terrain s'appuie sur les évolutions conjointes des perspectives des sujets étudiés et de celles offertes par la recherche "en train de se faire", à travers des boucles itératives ;
              . La co-instrumentation des dispositifs de recherche et de formation, à des fins de transformation des pratiques (professionnelles et de recherche) et de mises au jour de ces transformations, se présente en soi comme un objet de recherche intéressant à approfondir.
          
          Les résumés et diaporamas des présentations sont sur le site sciencesconf de la journée : https://je-methodolgie.sciencesconf.org/resource/page/id/1 

          Programmation événements PRT5 2022-2023

          ATELIER EpistETmeth

          En présentiel à l’université Rennes 2 (S128) et à distance (lien de visio communiqué aux participant.e.s)

          • Séance 1 : Analyse quantitative de données qualitatives

          Lundi 5 décembre 2022 – 16h30-18h00

          Animée par : Marine Roche, Agathe Dirani

          Inscription ici : https://evento.renater.fr/survey/epistetmeth-n1-ojiri87a

          • Séance 2 : Autour de l’ouvrage de Howard Becker, Faire Preuve. Des faits aux théories (2020)

          Lundi 16 janvier 2023 – 16h30-18h00

          Animée par : Fabrice Louis

          Inscription ici : https://evento.renater.fr/survey/epistemeth-n2-b5to9lit

          • Séance 3 : Analyse de séquences filmées

          mercredi 1er février 2023 – 16h30-18h00

          Animée par : Jean-noël Blocher, Maël Le Paven

          Inscription ici : https://evento.renater.fr/survey/epistemeth-n3-gsprm45n

          • Séance 4 : Autour du chapitre d’ouvrage de Marine Roche. Comprendre la mise en œuvre d’un nouvel enseignement à l’école primaire par l’enquête par questionnaire (2022).

          jeudi 16 mars  2023 – 16h30-18h00

          Animée par : Marine Roche

          Inscription ici : https://evento.renater.fr/survey/episthemeth-n4-hklg9arh

          • Séance 5 : Analyse secondaire de données : recours à l’enquête conditions de vie étudiantes de l’OVE dans le cadre d’un enseignement (séance reportée en 2023-204)

          jeudi 6 avril 2023 – 16h30-18h00 (séance reportée en 2023-204)

          Animée par : Rana Challah, Céline Piquée, Agathe Dirani

          Inscription ici : https://evento.renater.fr/survey/episthemeth-n5-aiictyou

          • Séance 6 : Épistémologie des vertus (2). Décrire et concevoir des dispositifs “responsabilisants”

          mercredi 31 mai 2023 – 16h30-18h00

          Animée par : Membres du projet LEA

          Inscription ici :

          https://evento.renater.fr/survey/episthemeth-n6-mfpzirq7

          ———————————————————————————————————————-

          JOURNÉES D’ÉTUDE

          Organisées en lien avec les autres programmes de recherche du CREAD

          Rencontre Avec – vendredi 03 mars – de 10h à 12h30 – Autour de deux ouvrages consacrés à l’épistémologie et la méthodologie en SEF. Échange avec les auteurs et coordinateur.trice.s.

          JE inter PRT : Émancipation : épistémologie et méthodologies – vendredi 10 mars 2023 – de 9h à 17h

          JE “Méthodologies” – jeudi 22 juin 2023 – de 9h à 17h

          Annonce de journée d’étude

          Bonjour à toutes et tous,

          Le groupe de travail interdisciplinaire de la MSHB, Créations, Arts, Sciences et Techniques (CAST) organise le 26 novembre 2021 une première journée de conférences et table-rondes “Indisciplinarité dans les arts et les sciences : des fablabs à l’architecture spatiale …“.
          Cet événement se déroulera de 9h30 à 12h30 et de 14h à 17h, en présentiel (MSHB, Rennes) et en visioconférence.

          La journée sera divisée en deux parties :

          • La matinée (9h30 – 12h30) sera consacrée à : Indisciplinarité et créativité diffuse : fablabs, hackers, makers
          • L’après-midi (14h – 17h) portera sur : Indisciplinarité en milieux extrêmes : Space Architecture – Cette séance est organisée avec l’appui du réseau disruptif sur les architectures extrêmes ARCHES et le soutien du GRIEF.

          L’inscription à la journée du 26 novembre est gratuite mais obligatoire : formulaire ici.

          Le passe sanitaire est requis pour participer en présentiel.
          Les informations de connexion à la visioconférence seront transmises la veille de l’évènement.

          Bien cordialement,

          L’équipe de la MSHB

          Annonce de Séminaire

          « La diversité des pratiques scientifiques en histoire des sciences et des techniques, humanités numériques et médiation culturelle »

          Séance du 18 novembre 2021 de 17h30 à 19h00
          Faculté des Lettres et Sciences Humaines
          20, rue Duquesne 29200 Brest
          Salle B.124

          Fabrice Louis (MCF, INSPÉ Bretagne, CREAD) : « L’IA est-elle une véritable intelligence ? La perspective du monisme de Raymond Ruyer »

          Résumé : Lorsque Yann Le Cun évoque, dans une conférence de 2018, les défis de l’IA, il fait mention de l’aptitude future de l’IA à combler des informations incomplètes. Imaginez une feuille blanche devant l’artiste commençant son travail. Cette feuille signifie quelque chose pour l’artiste, non pas parce qu’il manque des informations mais parce qu’elle permet à l’artiste de voir des possibilités d’agir. C’est aussi le défi qu’évoque Yann Le Cun : produire une intelligence artificielle apte à concevoir des mondes probables de manière autonome, autonome c’est-à-dire sans apprentissage supervisé par un technicien. Mais il concède que « la théorie de l’IA n’informe pas sur les détails des mécanismes dans le cerveau ou de la bonne manière d’aborder l’apprentissage auto-supervisé qui le caractérise » (Quand la Machine apprend, 2019, p. 375).

          Ce paradoxe de la feuille blanche est un de ceux étudiés par Raymond Ruyer dans Les paradoxes de la conscience et limites de l’automatisme (1966). Ce paradoxe permet de préciser les défis que le philosophe doit relever pour affirmer que l’Intelligence Artificielle est une véritable intelligence, au sens où nous pouvons l’affirmer pour un être vivant. Je présenterai cinq types de défis étudiés par Ruyer dans la perspective du monisme des formes qu’il a élaboré au milieu du XXème siècle : le défi de la nouveauté, le défi de la perception, le défi de l’information, le défi de l’autonomie, le défi de l’action vraie.

          Ruyer ne conteste pas que l’IA arrivera tôt ou tard à imiter les performances des êtres vivants. Ce que le philosophe conteste, c’est que les procédés utilisés pour parvenir à ces objectifs correspondront bien à ce qu’un être humain fait pour relever le même type de défi. L’argumentation typique d’une philosophie internaliste présentée dans cette communication ne sera sans doute pas d’une grande utilité pour les concepteurs de l’IA. En revanche, il est possible que cela donne une autre idée sur les véritables dangers de l’IA pour l’humanité ; que l’IA s’émancipe de l’humanité est peu probable si Ruyer a raison. Mais si Ruyer a raison il est probable que l’humanité pourra être de plus en plus aliénée par les progrès de l’IA si elle ne perçoit pas clairement ce qu’est une IA.

          Il vous sera possible de suivre la conférence à distance, en direct, via une classe virtuelle. Si vous êtes intéressé(e), veuillez me contacter à l’adresse suivante : lisa.rougetet@univ-brest.fr

          Séminaire HybridationS – Troisième séance (24 septembre 2021 9h-12h)

          Bonjour à toutes et tous,

          nous avons le plaisir de vous annoncer la tenue de la troisième séance du séminaire HybridationS. Cette séance est co-organisée par le PRT2 et le PRT5 du CREAD (EA3875).

          Cette séance s’intitule Les vertus épistémiques : une autre perspective pour les sciences, l’École et la didactique ?

          Elle s’articulera autour des interventions de Roger Pouivet () et Fabrice Louis (CREAD), dont les résumés figurent ci-dessous, suivies de discussions proposées par Gérard Sensevy (CREAD) et …(CREAD)

          Elle aura lieu le vendredi 24 septembre 2021 de 9h à 12h en co-modalité: en présentiel à l’INSPE de Rennes (salle du Conseil) et à distance en visioconférence (lien disponible sur inscription).

          Une rediffusion sera accessible à partir du site INSPE de Brest (salle suivant affichage)

          Intervenants

          Roger Pouivet, université de Lorraine, membre senior de l’Institut universitaire de France et Fabrice Louis, CREAD

          Discutants

          Gérard Sensevy, CREAD et Xavier Riondet, CREAD

          ***

          Les vertus épistémiques, une autre perspective pour les sciences, l’École et la didactique

          Présentation

          Cette nouvelle séance, co-organisée par les PRT2 (Éducation(s) et apprentissages – pratiques de savoirs) et PRT5 (Épistémologies et méthodologies : hybridations en sciences de l’éducation et de la formation) propose d’interroger l’hybridation entre faits et croyances dans l’établissement de la preuve scientifique. Si elles dépassent largement les questions d’ordre épistémologique (France, 2019), les récentes incursions de figures qualifiées de complotistes dans les médias ont ravivé l’intérêt de questionner la place des croyances dans l’établissement de faits scientifiques.

          Alors que les travaux en épistémologie des sciences font état de divers régimes de preuves, complémentaires ou concurrents, empreints des divers paradigmes, cette séance propose d’interroger la place des croyances légitimes dans le processus de production de connaissances. A partir des travaux de Pouivet (2008, 2017), qui proposent une réflexion sur “l’épistémologie des vertus”, nous cherchons à interroger les critères de reconnaissance de la preuve scientifique. En quoi les croyances légitimes et plus largement l’éthique des acteurs de la recherche, constituent-t-elles un critère de reconnaissance de la production de savoirs ? 

          Il en découle un questionnement sur les pratiques éducatives au sein des institutions scolaires et la manière dont elles acculturent et socialisent les élèves en tant que producteurs de connaissances. Les pratiques de savoir sont liées de diverses manières à l’épistémologie qui considère 5 questions différentes pour étudier la connaissance. Tout d’abord qu’est-ce que la connaissance ?  Ensuite se pose la question de l’évaluation des connaissances. Troisièmement, comment la connaissance se construit-elle ? Quatrièmement, comment la recherche de la connaissance doit-elle être conduite ?  Et enfin, comment la connaissance peut-elle être enseignée ? On peut lier la seconde question et la dernière question en se demandant comment « connaître et croire » sont liés au terme « apprendre et enseigner » (Scheffler, 2011). 

          La question des croyances et de leur correction est également au centre d’études sociologiques (Bronner (2003 & 2013), Boudon (2012). En quoi la « norme de correction des croyances » (Engel, 2019) peut-elle être un objet d’étude pour la didactique ? Cette norme de correction est-elle liée à la responsabilité dans l’acte d’apprendre et d’enseigner ? Les agents adoptent-ils des normes de correction différentes en fonction des circonstances ? Quelles sont ces normes de correction ? Jouent-elles un rôle dans les apprentissages ? Sont-elles implicites ?

          De manière classique, en didactique, le lien est fait de manière triangulaire entre savoir, apprenant et enseignant. Cette journée d’étude propose d’élargir le questionnement en interrogeant les finalités des curricula scolaires et permettra d’approfondir le terme de savoir de manière à le relier au concept « d’éthique intellectuelle » (Pouivet, 2020). Roger Pouivet posera la question de la  légitimité de croire et de prétendre savoir.  Cette question normative implique une autre question, celle de la valeur de notre vie intellectuelle, bonne ou mauvaise. Dans cette perspective, l’auteur d’ « une épistémologie des croyances religieuses » (2013) ancre son propos dans une épistémologie des vertus qui élargit les contraintes habituelles de notre vie intellectuelle (obligations, normes, impératifs, règles) à un ensemble de valeurs (vertu, attraction, sagesse, …). Or, si « ce que nous avons le droit de croire ou de prétendre savoir détermine notre responsabilité épistémique » (Pouivet, 2020) et que ce droit dépend de l’exercice de vertus et non seulement d’adoption de règles, la question d’une étude anthropologique des phénomènes didactiques dans cette perspective pourrait bien redessiner la carte des responsabilités qui incombent aux protagonistes des apprentissages.

          Références à consulter

          Boudon, R. (2012). Croire et savoir : Penser le politique, le moral et le religieux (1re édition). PUF.

          Bronner, G. (2013). La démocratie des crédules. Presses Universitaires de France. https://doi.org/10.3917/puf.bron.2013.01

          Engel, P. (2019). Les vices du savoir : Essai d’éthique intellectuelle. Agone.

          Bronner, G. (2003). L’empire des croyances. Presses Universitaires de France. https://doi.org/10.3917/puf.bronn.2003.01

          France, P., « Méfiance avec le soupçon ? Vers une étude du complot(isme) en sciences sociales », Champ pénal/Penal field [En ligne], 17 | 2019, mis en ligne le 26 juin 2019, consulté le 13 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org.distant.bu.univ-rennes2.fr/champpenal/10718

          Pouivet, R. (2008). Vertus épistémiques, émotions cognitives et éducation. Éducation et didactique, Vol. 2(3), 123‑139.

          Pouivet, R. (2017). ‪Le droit de (ne pas) croire. Une réponse à Pascal Engel‪. Philosophia Scientiae, 21‑3(3), 147‑164.

          Pouivet, R. (2020). L’éthique intellectuelle : Une épistémologie des vertus. Librairie philosophique J. Vrin.

          Scheffler, I., & Le Du, M. (2011). Les conditions de la connaissance : Une introduction à l’épistémologie et à l’éducation. J. Vrin.

          Auteur·e·s : Fabrice Louis (CREAD, UBO), Agathe Dirani (CREAD, Univ. Rennes)

          Info utile #01

          Vous trouverez ci-dessous une information qui pourra intéresser certain·e·s d’entre vous. Il s’agit de l’ouverture prochaine d’une plateforme nationale fédérée des données de recherche qui proposera :

          – Un service de dépôt et de diffusion (entrepôt) dédié aux données ;

          – Un catalogue des données de la recherche française ;

          – Des services d’accompagnement à la donnée.

          Plus d’informations via le lien ci-dessous.

          Murielle Gerin – Résumé de son intervention lors du séminaire HybridationS du 8 avril 2021

          Bonjour à toutes et tous,

          En début avril, nous avons eu le plaisir d’accueillir et d’écouter Murielle Gerin lors de la première séance du séminaire HybridationS.

          Voici un résumé de la présentation rédigé par l’auteure.

          L’usage de l’enregistrement vidéo en sciences de l’éducation et de la formation figure un moyen de documenter ce qui se passe dans une situation d’enseignement-apprentissage (Blocher, 2018 ; Forest, 2013, Veillard, 2013, Sensevy, 2011). De plus, par ses manipulations après-coup (retour en arrière, arrêts sur images, etc.) le « film d’étude » (Sensevy, 2011) favorise l’analyse à un grain fin de ce qui se dit, ce qui se voit, ce qui se fait.

          Cependant, réaliser un film d’étude suppose de « poser la caméra quelque part » (Niney, 2010), autrement dit de faire des choix de cadrage. C’est cet enjeu de la prise de vue que tente d’aborder de manière exploratoire cette intervention. Dans notre cas, il s’agit de savoir où poser la caméra afin, dans une perspective d’égalité des sexes par/pour l’écriture, de voir au plus près ce qui se passe entre la fille et le garçon d’un binôme lors de la co-écriture d’une histoire inventée au CP. L’hypothèse de travail est la suivante. Le cadrage, s’il fait l’objet de stratégies préalables, peut parfois dans le feu de l’action s’avérer un acte intuitif ancré dans un objet de recherche.

          L’intervention est réalisée à partir d’un exemple concret extrait d’un film accompagnant une thèse (Gerin, 2020a, 2020b). L’analyse s’appuie sur quatre arrêts sur image issus de cet exemple (ci-dessous). Ceux-ci rendent compte d’un changement inopiné de prise de vue entre les photogrammes 3 et 4. Ce changement de cadrage non anticipé prend acte de manière intuitive. Néanmoins cette intuition de cadrage n’advient pas  « hors sol », mais s’inscrit en lien avec l’objet de recherche de la doctorante-filmeuse, qui perçoit l’action symétrique fille-garçon comme symboliquement puissante en tant qu’elle concrétise d’une certaine manière l’égalité des sexes dans/par l’écriture.

          Photogramme 1 Episode “Tout à coup la fille et le garçon se lèvent” (Gerin, 2020)

          Quelques références bibliographiques

          Blocher, J.N. (2018). Comprendre et montrer la transmission du savoir. Les systèmes hybrides texte-image-son comme lieux de production et d’écriture de phénomènes. Une illustration en théorie de l’action conjointe en didactique. Thèse de doctorant, Université de Bretagne Occidentale. http://blog.espe-bretagne.fr/parenthese/.

          Colleyn, J.-P. (1999). L’image d’une calebasse n’a pas le goût de la bière de mil. L’anthropologie visuelle comme pratique discursive. Réseaux. https://doi.org/10.3406/reso.1999.2139.

          Forest, D. (2013). Recueil de données vidéo en situation didactique : quelques éléments méthodologiques et techniques. Recherches en didactiques. https://doi.org/10.3917/rdid.016.0101.

          Gerin, M. (2020a). Co-écriture fille-garçon en symétrie : une ingénierie didactique coopérative pour concrétiser l’égalité des sexes au CP. Thèse de doctorat, Université Rennes 2, France.

          Gerin, M. (2020b). (Réalisatrice). (2020). L’égalité des sexes par la reconnaissance épistémique fille-garçon [film]. http://tacd.espe-bretagne.fr/2020/11/09/film-these-murielle-gerin/.

          Niney, F. [Canal U]. 2010-10-05. La mise en scène documentaire (penser le cinéma documentaire). [Vidéo]. https://www.canal-u.tv/video/tcp_universite_de_provence/la_mise_en_scene_documentaire_penser_le_cinema_documentaire_lecon_4_1_2.6396.

          Sensevy, G. (2011). Le sens du savoir. Éléments pour une théorie de l’action conjointe en didactique. De Boeck.

          Tiberghien, A., & Veillard, L. (2013). Le cas de ViSA dans l’instrumentation en sciences humaines et sociales. Dans ViSA : Instrumentation de la recherche en éducation. Maison des sciences de l’homme.

          Veillard, L. (2013). Les méthodologies de constitution et d’analyse des enregistrements données vidéo dans les recherches en éducation. In L. Veillard & A. Tiberghien (Eds.). Instrumentation de la recherche en éducation. Maison des sciences de l’homme. https://books.openedition.org/editionsmsh/1990.

          Rechercher dans OpenEdition Search

          Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search