Séminaire HybridationS – Quatrième séance

Bonjour à toutes et tous, la quatrième séance du séminaire HybridationS, rattaché au programme de recherche Épistémologie et méthodologies du CREAD (EA3875), aura lieu le vendredi 10 décembre 2021 de 10h à 12h30.
Cette séance s’intitule “Du funambulisme féminin à l’œuvre dans les relations d’enquête : deux recherches en éducation face à l’intersection de différents rapports de pouvoir”
Nous aurons le plaisir d’accueillir les interventions de Lise Lhéritier-Alaoui (CREAD, Université Rennes 2) et Chloé Riban (CREAD et CREF, Université Paris Nanterre).
Pour participer, merci de vous inscrire à partir du lien suivant : https://framaforms.org/inscription-seminaire-hybridations-1638183468

La séance sera accessible en présentiel sur le campus Villejean de l’université Rennes 2 (salle TD1, bâtiment T) et à distance en visioconférence à partir du lien suivant : https://meet.gip-numerique.bzh/810135949

Les règles en vigueur concernant les événements scientifiques ouverts à des personnes extérieures aux institutions organisatrices seront appliquées. Bien cordialement,

Jean-Noël Blocher, Agathe Dirani et Laurent Mell (CREAD-Université Rennes 2 et CREAD-Université de Bretagne Occidentale)
Pour l’équipe organisatrice du séminaire HybridationS

***

“Du funambulisme féminin à l’œuvre dans les relations d’enquête : deux recherches en éducation face à l’intersection de différents rapports de pouvoir”

Auteur·e·s : Chloé Riban, Lise Lhéritier Alaoui, Agathe Dirani, Jean-Noël Blocher et Laurent Mell

Présentation

Les anthropologues ont, très tôt, questionné le rapport entretenu avec leurs “enquêté.e.s” et interrogé leur place sur leurs terrains de recherche. Dans les sciences sociales, les enquêtes ethnographiques mènent souvent à ce type de réflexion (Beaud, 1997 ; Beaud & Pialoux, 2012 ; Pinçon & Pinçon-Charlot, 1997 ; Payet, Rostaing, & Giuliani, 2010), qui demeure cependant relativement peu visible dans la littérature scientifique, où la relation d’enquête est rarement détaillée. 

Au sein des sciences sociales, les travaux faisant référence à l’identité du.de la chercheur.euse semblent s’être développés de manière inégale en fonction des disciplines. Lorsqu’il en est question, il convient de noter que cela se déploie majoritairement à propos de la posture du. de la savant.e et de son engagement (Weber, 1919) ou de la distance (Elias, 1983; Thévenot, 2006) mis  dans et avec l’espace public et son rapport au terrain. 

Dans un contexte de valorisation de la neutralité axiologique et de l’approche hypothético-déductive dans la production des connaissances, la restitution des postures et ressentis sur le terrain est une démarche particulière, car « l’expression singulière est […] vulnérabilisante » (Laugier et al., 2009, p. 181). Ne pas dire les émotions que fait naître la rencontre avec l’autre  ̶  et ce que cela comporte de remise en cause et d’ajustements ̶ apparaît plus confortable. Pourtant, assumer la vulnérabilité inhérente à toute pratique humaine et faire le choix du dévoilement éclaire le déroulement de l’enquête, dans une dialectique entre « heuristique et éthique » (Payet et al., Ibid., p. 7). Alors que, comme le suggère Spinoza, les affects sont les moteurs de l’activité humaine, il apparaît crucial, dans un objectif de scientificité, de mettre à jour ce qui a façonné la place du. de la chercheur.euse sur son terrain d’enquête. En creux, apparaît également à travers ces expériences formelles l’émergence potentielle d’un “ordre du discours” (Foucault, 1970) à propos de l’écriture biographique des chercheuses et chercheurs dans un contexte scientifique, restant à questionner. 

Dans cette perspective, plusieurs publications (Yohana, 1995 ;  Bué, 2010 ; Landour, 2013) prennent la relation d’enquête comme point d’approfondissement et de relecture des recherches menées. L’examen à la loupe de ces relations apparaît dès lors comme un critère de scientificité émergent en sciences de l’éducation et de la formation, permettant la restitution des conditions d’enquête dans leur pluralité. La figure de l’équilibriste proposée par Landour (2013) nous semble constituer une clé d’analyse fertile pour mettre au jour les relations d’enquête. « A l’entrée sur le terrain, dans la conduite de l’enquête ou dans les choix de restitution opérés, la démarche ethnographique s’apparente à un numéro d’équilibriste. Chaque pas appelle négociations, stratégies et tactiques pour avancer sur le fil de l’investigation tout en cherchant à limiter autant que possible les éventuels biais et perturbations, sources de perte d’équilibre dans la collecte des données. » (Landour, 2013, p.25).

Pour explorer cette figure et s’interroger plus avant sur les manières de tenir l’équilibre, le séminaire HybridationS a souhaité revenir sur deux recherches doctorales auprès de femmes des milieux populaires, mobilisant des approches ethnographiques (Riban, 2020; Lhéritier-Alaoui, 2022). Ces travaux offrent une réflexion sur les enjeux de la relation d’enquête, tels qu’ils ont été vécus. La question des rapports de pouvoir, qui structurent le champ social, semble en effet cruciale dans la mesure où l’enquêteur.rice ne peut y échapper, en dépit de son désir de créer des relations aussi respectueuses que possible sur son terrain. Dès lors, diverses tactiques se déploient, à la fois du côté du.de la chercheur.euse, mais aussi des enquêté.e.s elleux-même, qui sont amené.e.s à négocier les termes de la relation d’enquête. 

Des enjeux méthodologiques de l’enquête avec des femmes ethnicisées des milieux populaires aux questions entourant l’écriture et la restitution des données, la socioanalyse, la conscientisation nécessaire à toute réflexivité, la subjectivité et l’engagement apparaissent comme autant de dimensions de l’enquête qui non seulement éclairent la production des connaissances, mais produisent également “un savoir particulier, un savoir local, un savoir différentiel » (Foucault cité par Bilge, 2015) ou encore un savoir expérientiel. La restitution de ces connaissances fait ainsi dialoguer les “savoirs scientifiques” et les “savoirs narratifs” (Peraya, 2012). À travers cette relecture de considérations méthodologiques et éthiques, apparaît donc en filigrane une dimension plus épistémologique de l’activité de recherche.

Référence bibliographiques

Yohana, E.. Relations d’enquête et positions sociales. Une enquête auprès de jeunes d’une cité de banlieue. In: Genèses, 20, 1995. Histoire politique, histoire du politique, sous la direction de Christian Topalov . pp. 126-142.

Payet, J.-P., Rostaing, C. & Giuliani, F. (2010). La relation d’enquête : La sociologie au défi des acteurs faibles. Rennes. Presses universitaires de Rennes.

Beaud, S. (1997). Un temps élastique. Etudiants des « cités » et examens universitaires. Terrain. Anthropologie & sciences humaines, 29, 43‑58.

Beaud, S., & Pialoux, M. (2012). Retour sur la condition ouvrière : Enquête aux usines Peugeot de Sochaux-Montbéliard (Nouvelle édition, préface et postface inédites des auteurs). la Découverte.

Bilge, S. (2015). Le blanchiment de l’intersectionnalité. Recherches féministes, 28(2),          9‑32.   

Bué, N. (2010). Gérer les relations d’enquête en terrains imbriqués: Risque d’enclicage et distances aux enquêtés dans une recherche sur une coalition partisane locale. Revue internationale de politique comparée, 17, 77-91.

Baudelot Christian, Gollac Michel. Faire avec. In: Genèses, 29, 1997. Sciences sociales improbables, sous la direction de Jean Leroy. pp. 115-118.

Foucault, M. (1970). L’Ordre du discours. Paris: Gallimard. 

Landour, J. (2013). Le chercheur funambule: Quand une salariée se fait la sociologue de son univers professionnel. Genèses, 90, 25-41.

Lhéritier-Alaoui, L. Ce que disent les discours à l’école maternelle: construction de socialisations plurielles entre rapports de domination, stigmates et formes de résistances. Une approche sociolinguistique ethnographique. Thèse de doctorat en cours, Université Rennes 2. 

Peraya, D. (2012). Quel impact les technologies ont-elles sur la production et la diffusion des connaissances ? Questions de communication, 21, 89-106. 

Pinçon, M., & Pinçon-Charlot, M. (1997). Voyage en grande bourgeoisie : Journal d’enquête. Presses universitaires de France.

Riban, C. (2020). L’école dans le quotidien de mères de familles populaires ethnicisées. Interdépendance des sphères d’expérience et enjeux de subjectivation. Thèse de doctorat de l’Université Rennes 2.

Thévenot, L. (2006). L’Action au pluriel. Sociologie des régimes d’engagement. Paris: La Découverte. Weber, M. (1919/1959). Le savant et le politique. trad. Freund, J. Paris: Plon.

Annonce – Data SHS – Progedo-Loire – Education

Bonjour,

Dans le cadre de la semaine Data-SHS (6 au 10 décembre 2021), PROGEDO-Loire organise plusieurs évènements susceptibles de vous intéresser. Je voudrais notamment évoquer :

  • la présentation de l’Observatoire de la Réussite Universitaire par Christophe MICHAUT et Mélanie KUHN-LE BRAZ ;
  • la table ronde du 8 décembre à laquelle Inès ALBANDEA participera pour témoigner de l’enseignement des méthodes quantitatives en Sciences de l’Éducation à l’Université de Nantes. Cette rencontre permettra d’échanger sur les difficultés rencontrées à l’enseignement de certains savoirs, et sur les astuces pour y remédier ; de prendre connaissance des offres proposées par les autres maquettes, alors que nos étudiants – surtout à un niveau avancé – peuvent être issus de différentes disciplines ; et aussi, de mieux appréhender la pratique de la recherche (celle de demain, mais aussi celle d’aujourd’hui) à travers le contenu de nos enseignements ;
  • la matinée du 9 décembre dédiée aux questions éthiques et juridiques (RGPD, comités d’éthique…) auxquelles chaque chercheur doit répondre lorsqu’il traite des données personnelles ou sensibles, ou lorsqu’il mène des expérimentations – deux cas de figure assez fréquents en Sciences de l’éducation ;
  • la journée du 6 décembre sur le traitement quantitatif des données temporelles, notamment longitudinales (ex : le suivi de la scolarité d’un individu ; indicateurs à plusieurs dates…) ;
  • les ateliers du 8 décembre (après-midi) et du 10 décembre (après-midi) qui pourraient notamment répondre à de nombreuses questions de vos doctorants les moins formés aux méthodes quantitatives et statistiques.

Pour en savoir plus, vous retrouverez le programme complet à partir du lien ci-dessous :

Semaine Data-SHS 2021 – PROGEDO-Loire

Cordialement,

Aliette ROUX – IR PROGEDO-Loire

Annonce de journée d’étude

Bonjour à toutes et tous,

Le groupe de travail interdisciplinaire de la MSHB, Créations, Arts, Sciences et Techniques (CAST) organise le 26 novembre 2021 une première journée de conférences et table-rondes “Indisciplinarité dans les arts et les sciences : des fablabs à l’architecture spatiale …“.
Cet événement se déroulera de 9h30 à 12h30 et de 14h à 17h, en présentiel (MSHB, Rennes) et en visioconférence.

La journée sera divisée en deux parties :

  • La matinée (9h30 – 12h30) sera consacrée à : Indisciplinarité et créativité diffuse : fablabs, hackers, makers
  • L’après-midi (14h – 17h) portera sur : Indisciplinarité en milieux extrêmes : Space Architecture – Cette séance est organisée avec l’appui du réseau disruptif sur les architectures extrêmes ARCHES et le soutien du GRIEF.

L’inscription à la journée du 26 novembre est gratuite mais obligatoire : formulaire ici.

Le passe sanitaire est requis pour participer en présentiel.
Les informations de connexion à la visioconférence seront transmises la veille de l’évènement.

Bien cordialement,

L’équipe de la MSHB

Annonce de Séminaire

« La diversité des pratiques scientifiques en histoire des sciences et des techniques, humanités numériques et médiation culturelle »

Séance du 18 novembre 2021 de 17h30 à 19h00
Faculté des Lettres et Sciences Humaines
20, rue Duquesne 29200 Brest
Salle B.124

Fabrice Louis (MCF, INSPÉ Bretagne, CREAD) : « L’IA est-elle une véritable intelligence ? La perspective du monisme de Raymond Ruyer »

Résumé : Lorsque Yann Le Cun évoque, dans une conférence de 2018, les défis de l’IA, il fait mention de l’aptitude future de l’IA à combler des informations incomplètes. Imaginez une feuille blanche devant l’artiste commençant son travail. Cette feuille signifie quelque chose pour l’artiste, non pas parce qu’il manque des informations mais parce qu’elle permet à l’artiste de voir des possibilités d’agir. C’est aussi le défi qu’évoque Yann Le Cun : produire une intelligence artificielle apte à concevoir des mondes probables de manière autonome, autonome c’est-à-dire sans apprentissage supervisé par un technicien. Mais il concède que « la théorie de l’IA n’informe pas sur les détails des mécanismes dans le cerveau ou de la bonne manière d’aborder l’apprentissage auto-supervisé qui le caractérise » (Quand la Machine apprend, 2019, p. 375).

Ce paradoxe de la feuille blanche est un de ceux étudiés par Raymond Ruyer dans Les paradoxes de la conscience et limites de l’automatisme (1966). Ce paradoxe permet de préciser les défis que le philosophe doit relever pour affirmer que l’Intelligence Artificielle est une véritable intelligence, au sens où nous pouvons l’affirmer pour un être vivant. Je présenterai cinq types de défis étudiés par Ruyer dans la perspective du monisme des formes qu’il a élaboré au milieu du XXème siècle : le défi de la nouveauté, le défi de la perception, le défi de l’information, le défi de l’autonomie, le défi de l’action vraie.

Ruyer ne conteste pas que l’IA arrivera tôt ou tard à imiter les performances des êtres vivants. Ce que le philosophe conteste, c’est que les procédés utilisés pour parvenir à ces objectifs correspondront bien à ce qu’un être humain fait pour relever le même type de défi. L’argumentation typique d’une philosophie internaliste présentée dans cette communication ne sera sans doute pas d’une grande utilité pour les concepteurs de l’IA. En revanche, il est possible que cela donne une autre idée sur les véritables dangers de l’IA pour l’humanité ; que l’IA s’émancipe de l’humanité est peu probable si Ruyer a raison. Mais si Ruyer a raison il est probable que l’humanité pourra être de plus en plus aliénée par les progrès de l’IA si elle ne perçoit pas clairement ce qu’est une IA.

Il vous sera possible de suivre la conférence à distance, en direct, via une classe virtuelle. Si vous êtes intéressé(e), veuillez me contacter à l’adresse suivante : lisa.rougetet@univ-brest.fr

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search